Select Page

Zoe Zolá

Excuse me, while I kiss the sky! (Jimi Hendrix)
Demande de contactMon cadeau

 

Il y a les jolies filles. Il y a les belles femmes. Et il y a les apparitions à vous couper le souffle. Elles sont l’œil du cyclone : parfaitement impassibles alors que le monde qui les entoure est happé, irrésistiblement aspiré dans un tourbillon d’adoration. Zoe Zolá est l’une de ces rares apparitions. Du haut de ses 1m85, cette altesse des cimes toise calmement le bas monde au raz du sol. Presque inconsciente de ses charmes, la belle passe ses doigts minces dans ses cheveux. Elle a ce je-ne-sais-quoi dont parlent les parisiennes, cette élégante nonchalance absolument naturelle et sans effort. Quel est donc ce mystérieux glamour qui confère à ces femmes, qu’elles le veuillent ou non, une incomparable aura ? Zoe se meut dans les sphères philosophiques, et ses grands yeux graves rayonnent d’esprit. En conversant avec la belle intellectuelle, vous serez envoûtés par sa pure voix de velours et, au delà, par le profond écho spirituel qui se déchaine en vous après chaque échange, tandis qu’elle reste tout à fait paisible et souveraine. Grandiose.

 

Zoe Zolá à son propos.

Le critère de vérité d’une idée révolutionnaire est la pratique. Faire quelque chose, être quelque chose… le changement de rapport au monde qu’elle induit permet seul la véritable connaissance. Les glissements veulent être vécus. Mon choix conscient de devenir Hetaere émane d’une profonde conviction. C’est ma contribution au combat pour une société libre et ouverte. Je sais qu’il n’est pas suffisant pour cela de parler ou d’écrire. Je dois être, et emplir ces théories abstraites de vie. Car la vie est formidable ! En tant que cavalier, tu seras mon complice, mon camarade des barricades contre la bienséance ambiante, mon compagnon de libertinage. Il s’agit d’émancipation – pour toi comme pour moi. Buvons du vin rouge à la fenêtre, grillons des cigarettes dans la nuit, partageons nos pensées puis unissons-nous d’un accord silencieux, encore et encore jusqu’à l’épuisement paroxystique. Des remords ? Pour qui ? Pour les sociétés industrialisées à l’aube de leur déclin ? L’homme – la femme – a le droit de coucher avec de charmants inconnus, a droit à la nudité sans honte, a droit aux cigarettes et aux drogues, et à l’enivrante sensualité, bref à un peu de vrai dans une vie corrompue. Lorsque c’est tout ce qu’il nous reste, nous devons le défendre avec d’autant plus de verve. Notre liberté, nous nous l’octroyons.

 

Profession : existentialiste

Taille : 185 cm

Silhouette : très svelte, jambes interminables

Pointure : 41

Poitrine : 90 A

Cheveux : ambre

Couleur des yeux : vert thuya

Teinte de peau : beurre de cacao

Parfum: Bois d´Arménie, Guerlain

Breuvage favori : Bordeaux

Local fétiche : The Grand