00491734208782 mail@hetaera.de

Rahel Kaléko

Je me sens comme une chatte parmi les tigres. (Katherine Mansfield)

 

DemandeMon cadeau

Gare à Rahel Kaléko, scintillante femme burlesque aux jambes de diva, aux chevilles si fines ! Mais où est elle encore passée ? On recherche Mademoiselle Kaléko, effrontée berlinoise, génie poétique. C’est qu’elle en invente  des vers ! Mais elle est avant tout danseuse, actrice et performeuse… une sorte de „Gesamtkunstwerk“ en mouvement perpétuel, et quand bien même ce ne sont que ses yeux qui se tournent vers les cieux ou les enfers. De jolis yeux, comme deux cerises sombres sous les arcs fins de ses paupières enchanteresses. Autres signes distinctifs : le visage lyrique d’une étoile du cinéma muet, une petite bouche délicate d’où sort sans retenue aucune un rire poignant de femme-gangster. On recherche Mademoiselle Kaléko, l’elfe mondaine au rire de tonnerre! Autres dénominations : La Rachèle. En bref : une demi poignée d’impertinence. Apprivoisée et docile selon les dires de plusieurs sources (déjà anciennes), bien élevée, certes, mais avec modération – et jamais gratuitement. On ne peut lui attribuer cette fameuse retenue féminine. Cela ennuierait grandement La Rachèle voyez-vous, à moins qu’elle ne soit en train de fomenter au autre de ses fameux coups. C’est une friponne, une chipie, une fée malicieuse, frivole et têtue comme un moineau du Hermannplatz. Wanted, wanted, Rahel Kaléko ! Elle était encore là à l’instant… se cacherait-elle derrière ce portique ? Sous la table ? Dans une bouteille de Schnaps local? Ou s’est-elle roulée en boule sous votre couverture comme un irrésistible chaton, un chaton noir de jais. Ah, la voilà !

 

 

Rahel Kalélko à son propos.

Je ne suis pas totalement de ce monde. Mais je l’aime de tous mes sens… parce qu’il m’offre des plumes de paon ! Je me déguise plusieurs fois par jour et ne porte jamais de soutien-gorge. Je me douche parfois en escarpins et bois du champagne en faisant le ménage. Ma silhouette apparait au hasard des dédales comme l’arabesque d’un kaléidoscope, comme l’ombre joueuse d’une lanterne magique qui zèbre ta vie de ses reflets. La magie éphémère d’un mouvement de danse enivrant, trois et quatre et… silence. Le tourne-disque crépite, tu dois retourner le 45-tours de Zarah Leander. Mais restons plutôt là, debout dans la chambre feutrée, la lune verte scintillant sur nous à travers le toit. J’ose poser ma tête contre ton cou et je lève mon regard vers toi. Je t’embrasse les yeux ouverts. Je piaffe, fais volte-face, en une phrase je suis à l’autre bout de la pièce, je grogne et je ronronne lorsque nous nous étrennons à nouveau. Je me roule docilement en boule sous la main qui me parcours et effleure mon négligé de soie. Béatitude, quand tu me touches enfin. Je ruisselle vers tes bras comme un bouquet de lys liquide. Serre-moi fort, lâche-moi, serre-moi encore plus fort ! Et lorsque je suis enivrée de ce combat avec toi, je vois des couleurs, des odeurs et des mouvements écrire un poème sur le palimpseste de tes draps avant que nos propres traces n’en efface toute présence. 

 

 

 

 

 

Rencontres à Berlin et dans le monde

 

Profession : Artiste performeuse, auteure, médiatrice culturelle

Langues : allemand, anglais, français

Taille : 172 cm

Silhouette : original Flappergirl

Poitrine : 90A

Couleur des yeux : Brun opium

Couleur des cheveux : Boucles de jais

Teinte de peau : Moschusmalve

Parfum : Rausch, J.F. Schwarzlose, Berlin

Boisson favorite : Absinthe, Ayran

Local fétiche: Eins44